Le combat d’un couple namibien pour ramener à la maison ses jumelles nées d’une mère porteuse

Published: 19/Avr/2021
Source: Global Voices

Un symbole de la lutte de la communauté LGBTQ+

Par: Lisa Plank

Une haute cour namibienne a refusé, le 19 avril, les documents de voyage aux jumelles d’un couple de même sexe qui sont nées en Afrique du Sud d’une mère porteuse en mars, dans le dernier développement d’une affaire qui a provoqué un débat national sur les droits des membres de la communauté LGBTQ+ en Namibie.

Phillip Lühl, un citoyen namibien, est à Durban, en Afrique du Sud, depuis la naissance de Paula et Maya, les filles légales de son mari, Guillermo Delgado, né au Mexique, mais n’a pas pu ramener les bébés à Windhoek, où vit le couple.

Le ministère de l’Intérieur de la Namibie a jusqu’à présent refusé aux jumelles les documents nécessaires pour leur entrée dans le pays, exigeant que M. Lühl subisse un test ADN afin de déterminer leur filiation.

M. Lühl a ensuite poursuivi le ministère en justice, arguant que sa demande de test ADN enfreignait à la fois le droit namibien et le droit international, mais sa requête a été rejetée. Comme l’a rapporté le journal The Namibian le 19 avril dernier, le juge Thomas Masuku a estimé que cela aurait été un « abus d’autorité de la part de la justice » que d’obliger les autorités à délivrer les documents de voyage aux deux bébés.

Les certificats de naissance sud-africains des jumelles indiquent à la fois MM. Lühl et Delgado comme leurs parents, mais aucun des hommes n’a la citoyenneté sud-africaine. Les jumelles « ont été rendues apatrides de facto », comme l’a écrit M. Lühl dans un document public qu’il a rédigé avec les principaux détails de l’affaire.

Lire la suite: https://fr.globalvoices.org/2021/04/26/264812/

 

Themes: Acquisition par les enfants, Apatridie, Enregistrement des naissances
Regions: Namibie
Year: 2021