Affaire de la délivrance de la nationalité tunisienne

Published: 27/Déc/2023
Source: LaPresse.tn

Quand le pouvoir judiciaire était le paravent idéal pour des activités suspectes

Par Samir DRIDI

En janvier 2022, l’ancien ministre de l’Intérieur Taoufik Charefeddine avait tenu une conférence de presse pour dévoiler les dessous d’une affaire grave sans toutefois révéler l’identité des personnes concernées, mais il a assuré à cette époque qu’il y aura beaucoup de surprises. Des assignations à résidence données sous son ordre à l’encontre de Noureddine Bhiri et Fethi Beldi, le conseiller de l’ancien ministre de l’Intérieur Ali Larayedh, et de hauts cadres du ministère de l’Intérieur ont été arrêtés. Avant cette conférence de presse organisée par le ministre de l’Intérieur, on rappelle que le parquet avait reçu, en octobre 2021, une demande d’ouverture d’une enquête diligentée par la Direction des recherches dans les crimes terroristes, par la Direction générale des services judiciaires au sein du ministère de la Justice, sur la délivrance d’un certificat de nationalité tunisienne à un couple syrien détenteur de passeports tunisiens (remis en 1982 et 1984 par l’ambassade de Tunisie à Vienne).

En décembre de la même année, le ministère public avait reçu un rapport qui comprend des informations complémentaires autour des soupçons de falsification des deux certificats de nationalité délivrés au couple syrien, alors que Noureddine Bhiri et Ali Larayedh étaient respectivement à la tête des ministères de la Justice et de l’Intérieur et Fethi Beldi assurait la fonction de conseiller spécial auprès de Larayedh (la période allant de 2011 à 2013). Le 22 décembre 2021, le ministère public avait décidé de confier l’affaire au pôle judiciaire de lutte contre le terrorisme qui a ouvert une enquête.

On commençait à y voir un peu plus clair, car selon l’enquête, toujours en cours, des passeports et des cartes de séjour auraient été délivrés à la suite de l’intervention de Fethi Beldi. L’ambiance générale était délétère en cette période, voire après 2013, au ministère de l’Intérieur. En cause, des nominations clientélistes. De hauts cadres qualifiés de «proches» du parti Ennahdha furent, contre toute attente, nommés à des postes clés au sein du ministère de l’Intérieur.

Lire la suite: https://lapresse.tn/176180/affaire-de-la-delivrance-de-la-nationalite-tunisienne-quand-le-pouvoir-judiciaire-etait-le-paravent-ideal-pour-des-activites-suspectes/

Themes: Naturalisation et le mariage
Regions: Tunisie
Year: 2023