Un droit de chaque enfant à sa naissance : inégalités et tendances dans l’enregistrement des naissances

Publié : 1/Déc/2013
Source: UNICEF

Chaque enfant a le droit à un nom et à une nationalité, tel qu’inscrit dans la Convention relative aux droits de l’enfant et autres traités internationaux. Pour autant, les naissances de près de 230 millions d’enfants de moins de cinq ans n’ont jamais été enregistrées. Ce manque de reconnaissance formelle par l’État entraîne généralement l’incapacité pour un enfant d’obtenir un acte de naissance. Dès lors, il peut se voir privé d’accès aux services de santé ou d’éducation. Plus tard, en l’absence de documents d’identité officiels, l’enfant pourra se marier, travailler ou rejoindre les forces armées avant même d’avoir atteint l’âge légal établi. Accusé d’un délit, l’enfant non inscrit à l’état civil peut être poursuivi au même titre qu’un adulte, en raison de son incapacité à prouver son âge. Adulte, il devra fournir son acte de naissance pour bénéficier de l’aide sociale, obtenir un emploi dans le secteur formel, acheter un bien immobilier ou prouver sa qualité d’héritier, pour voter ou obtenir un passeport. Enregistrer un enfant dès sa naissance est la première étape pour garantir son existence aux yeux de la loi, protéger ses droits et s’assurer que toute violation de ces droits ne passe pas inaperçue.

Télécharger rapport du site web de l’UNICEF

 

Thèmes: Acquisition par les enfants, Enregistrement des naissances, Pièces d'identité, Normes internationales
Les régions: International
An: 2013