La nationalité exclusive du candidat à la Présidence de la République : Une question posée et à résoudre

Publié : 22/Sep/2016

Le Sénégal est agité depuis plusieurs mois par un débat relatif à la nationalité des candidats à l’élection présidentielle. Ce débat trouve sa source dans l’article 28 de notre Constitution qui exige que tout candidat à la présidence de la République soit «exclusivement de nationalité sénégalaise». L’importance de l’institution présidentielle dans notre système politique et la sensibilité de la question de la nationalité – au regard de ses incidences sur la vie politique et sur la cohésion nationale – imposent deux défis à prendre en compte dans le traitement de cette problématique. D’abord, il s’agira de faire preuve de rigueur juridique pour pouvoir répondre avec pertinence à la complexité de la mise en Âœuvre de l’article 28 de la Constitution. Ensuite, il importera d’observer une règle d’impartialité politique, pour ne pas dire l’impartialité tout court, dans la mesure où la question soulevée mérite mieux que ce qui pourrait être perçu ou interprété comme des solutions de circonstance et un traitement politicien dont la seule finalité serait d’éliminer des citoyens sénégalais de la compétition électorale.

Lisez plus.