Mauritanie : Les défenseurs des droits humains exposés à des risques

Publié : 12/Fév/2018
Source: Human Rights Watch

(Nouakchott) – Les défenseurs des droits humains en Mauritanie font face à des mesures répressives lorsqu’ils soulèvent les questions sociales les plus sensibles du pays, a déclaré Human Rights Watch dans un rapport publié aujourd’hui. Parmi ces sujets figurent la discrimination ethnique et de caste, l’esclavage, ainsi que la nécessité de tenir les personnes ayant pris part à une campagne d’atrocités contre certains groupes il y a trois décennies, responsables de leurs actes.

Le rapport de 79 pages, intitulé « Ethnicité, discrimination et autres lignes rouges : Répression à l’encontre de défenseurs des droits humains en Mauritanie », examine le cadre juridique qui permet au gouvernement de refuser facilement la reconnaissance légale aux associations qui lui déplaisent, en invoquant des motifs comme des activités présumées de « propagande antinationale » ou l’exercice d’une « influence fâcheuse sur l’esprit des populations ». Sans une reconnaissance légale, les associations ont du mal à louer des salles pour organiser des réunions ou des événements publics, à obtenir la permission de protester pacifiquement ou à être financées par des bailleurs de fonds étrangers.

Thèmes: Acquisition de la nationalité, Discrimination, La perte et la déchéance de nationalité, Ethnique/Raciale/Religieuse
Les régions: Mauritanie
An: 2018