Mauritanie: Nouakchott demande l’aide du HCR pour rapatrier ses réfugiés

Published: 21/Juin/2007
Source: RFI

C’est un premier pas dans la résolution du dossier du retour des réfugiés mauritaniens expulsés de Mauritanie au cours de la vague de répression menée sous le pouvoir du président déchu Ould Taya contre la communauté noire du pays dans les années 1989-91. Le nombre exact de ces réfugiés n’est pas connu mais, selon les différentes organisations qui suivent ce dossier, il en resterait entre 8 000 et 20 000. Ils étaient entre 50 et 60 000 au moment des faits. La plupart vivent aujourd’hui au Senegal. Le nouveau président, Sidi ould Cheikh Abdalahi, avait promis de résoudre cette question délicate dans un délai maximum d’un an. L’appel lancé au Haut commissariat pour les réfugiés (HCR) apparaît aujourd’hui comme la première étape du processus.

En faisant appel au HCR, le nouveau pouvoir marque un point. Il accède, en effet, à la demande des associations qui réclamaient un rapatriement collectif et organisé des réfugiés.Ces derniers mois, les autorités militaires de la transition n’avaient parlé que d’un retour individuel pour ne pas s’attaquer au dossier.

Le HCR, aujourd’hui sollicité, s’était déjà occupé de la réinsertion de 33 000 mauritaniens revenus au pays au début des années 90. Les quelques milliers qui restent au Sénégal et au Mali sont toujours répertoriés par l’agence des Nations unies mais ils ne reçoivent plus d’assistance depuis 1996.

Pour l’instant, les modalités de l’opération humanitaire à venir sont encore loin d’être claires, mais des contacts ont déjà été pris avec des représentants des réfugiés et des hommes politiques qui suivent de près cette question. Une campagne de sensibilisation doit aussi débuter dans les prochaines semaines pour rassurer tous ceux qui n’ont jamais vraiment souhaité que le dossier soit réglé, tous ceux qui, par exemple, ont peur que le rapatriement ouvre la voie à une immigration incontrôlée.

Un recensement des réfugiés sera dans tous les cas nécessaire, confient les autorités. Le ministre de l’Intérieur assure aussi que les Mauritaniens concernés seront rétablis dans leur droit et dans leur dignité. Beaucoup avaient dû quitter le pays en laissant derrière eux leur emploi, leur maison et leurs terres exploitées aujourd’hui par d’autres Mauritaniens.

http://www.rfi.fr/actufr/articles/090/article_53126.asp

Themes: Nationalité des réfugiés
Regions: Afrique du Nord, Mauritanie
Year: 2007