Algérie

La question de savoir qui est devenu algérien à l’indépendance a été particulièrement controversée, en comparaison avec d’autres anciennes colonies de la France, en raison de la très importante population d’origine française qui avait vécu dans le pays. Le code de la nationalité de 1963 a donné à toute personne d’origine française résidant en Algérie le droit à la naturalisation, à condition de renoncer à la nationalité française ; toutefois, la grande majorité a choisi de partir. En ce qui concerne ceux qui sont nés après l’indépendance, le code prévoyait une double disposition de jus soli limité ; mais avec une présomption en faveur de ceux qui étaient de religion musulmane.

Aujourd’hui, la nationalité en Algérie est régie par le Code de la Nationalité de 1970, tel que modifié le plus récemment en 2005 pour éliminer la discrimination fondée sur le sexe.

La Comité des Nations Unies des droits de l’enfant a exprimé sa préoccupation devant le fait que les systèmes d’enregistrement des naissances en Algérie ne sont pas également accessibles à tous les parents sur le territoire, et en particulier devant les lacunes dans le système d’enregistrement des naissances pour les enfants appartenant à des minorités nomades et ayant un mode de vie pastoral.