Malawi

Au Malawi, la nationalité est déterminée par le Citizenship Act de 1966, tel que modifié dernièrement en 2018, afin de permettre la double nationalité. La Constitution de 1994 prévoit le droit pour tout enfant d’avoir une nationalité et stipule que la nationalité ne peut être arbitrairement déchue ou refusée.

Les hommes et les femmes ont les mêmes droits de transmettre la nationalité à leurs enfants, mais ils n’ont pas les mêmes droits de transmettre la nationalité à leur conjoint. De 1971 à 1992, le code de la nationalité a inclus une disposition selon laquelle la nationalité d’origine était réservée aux personnes dont l’un des parents au moins était non seulement ressortissant du Malawi, mais aussi « une personne de race africaine ». Cette disposition a été supprimée en 1992. Le code de la nationalité ne prévoit aucune présomption en faveur des enfants trouvés sur le territoire de parents inconnus, ce qui crée des risques d’apatridie ; toutefois, elle prévoit la naturalisation facilitée pour ceux qui ont un lien particulier avec le Malawi, notamment les apatrides, sous certaines conditions.

L’enregistrement des naissances n’était pas obligatoire pour tous les enfants nés au Malawi avant l’adoption de la loi nationale sur le registre de la population en 2010, qui a abrogé et remplacé la loi sur l’enregistrement des naissances et des décès, adoptée en 1904. En 2012, une initiative majeure visant à améliorer l’enregistrement des naissances a été lancée et, en 2015, le taux d’enregistrement des naissances a atteint 67% des enfants de moins de cinq ans (mais dont 17% seulement étaient titulaires d’un extrait d’acte de naissance). La loi sur le registre de la population a également introduit une carte nationale d’identité, et un processus d’inscription en masse a été lancé en 2017.