Sierra Leone

La nationalité en Sierra Léone est régie par le Code de la nationalité de 1973, dit Citizenship Act, tel que modifié en 2006 pour accorder le droit à la double nationalité et la nationalité d’origine transmise directement par la mère. Toutefois, la loi continue de discriminer sur la base de la race, car pour établir sa nationalité, toute personne doit attester de sa filiation d’une personne qui « est ou était d’origine noire. »

Le rapport de la Groupe de travail sur l’Examen périodique universel pour la Sierra Léone a noté que la définition de la nationalité posait problème. Le gouvernement de Sierra Leone a apparemment reconnu que la définition contenue dans le code de la nationalité de 1973 était problématique et s’est engagé à inclure cette question dans le prochain processus de révision constitutionnelle. La question de la discrimination s’est avérée particulièrement pertinente pour les migrants libanais.

Le Comité des Nations Unies des droits de l’enfant a exprimé son inquiétude devant l’absence de  système d’enregistrement systématique des naissances en Sierra Léone, ce qui rend l’identification et la vérification de l’âge des enfants plus difficiles. Le Comité a demandé à la Sierra Leone d’améliorer les pratiques d’enregistrement.

Des questions liées aux réfugiés sont également problématiques, aussi bien pour les réfugiés en provenance des pays voisins résidant en Sierra Leone que les réfugiés sierra-léonais vivant dans d’autres pays.