Pourquoi je suis pour l’aménagement du « droit du sol » à Mayotte

Published: 29/Juin/2018
Source: Huffington Post France

La pression migratoire extrême à laquelle est actuellement confrontée Mayotte place la République devant un défi qu’il est de son devoir de relever dans le respect de ses traditions républicaine

Par: Thani Mohamed Soilihi Vice-président du Sénat, sénateur LREM de Mayotte

‘Contrairement à une idée largement répandue, la France ne reconnaît pas un droit du sol automatique. La naissance sur le territoire ne suffit pas à conférer la nationalité française, mais ce fantasme agit sur les migrants de la zone comme un redoutable chant des sirènes et nourrit les rancoeurs légitimes de la population mahoraise.

Actuellement, la règle est la suivante: tout enfant né en France de parents étrangers, même en situation irrégulière, peut solliciter entre treize et dix-huit ans la nationalité française s’il a séjourné sur le territoire un nombre suffisant d’années et s’il a accomplit les démarches auprès de l’instance idoine.

Malgré ces conditions, pas toujours aisées à remplir, ce jeune département de 374 kilomètres carrés subit depuis deux décennies une pression migratoire hors norme, venant principalement de l’archipel voisin des Comores.

Selon le dernier recensement, plus de la moitié de la population qui réside sur ce territoire, comptant officiellement 256.000 habitants, est désormais d’origine étrangère.

Lire la suite: https://www.huffingtonpost.fr/thani-mohamed-soilihi/pourquoi-je-suis-pour-lamenagement-du-droit-du-sol-a-mayotte_a_23471247/

Themes: Acquisition par les enfants
Regions: Comores
Year: 2018